Face à l’abîme, penser l’humain malgré la terreur

Face à l’abîme, penser l’humain malgré la terreur

Un essai d'Alice Verstraeten.

Le 24 mars 1976, l'Argentine bascule dans la dictature la plus destructrice de son Histoire. Au fil de la déliaison du social, du culturel et du symbolique, se creuse un abîme. Trente mille opposants y disparaissent, engloutis dans le silence de l'impunité. Malgré tout, un petit noyau de leurs proches entre en résistance. Une résistance d'abord symbolique, puis sociale et culturelle : les "Mères de la Place de Mai", mères des disparus, retissent du lien là où il a été effiloché, remodèlent de l'humain là où il a été écrasé. Cet essai, qui mêle témoignages, carnets de terrains et réflexion anthropologique, tente de comprendre ce mouvement de destruction / reconstruction de l'humain, et la dynamique de remodelage continuel nécessaire au vivre ensemble, en commune humanité. Ce modelage continuel, ce tissage de culturel et de social, c’est l’anthropopoïèse.

Mises en regards artistiques: Michèle Lepeer, Ute Wolff.

UN ESSAI A PARAÎTRE EN 2022 !